Connexion

Actualités

Tests sérologiques COVID-19 SAPRIS-SERO : qu'en conclure ?

Publié le 17/08/2020
Environ 6000 échantillons sanguins de Nutrinautes ont été collectés en mai/juin et 21000 autres sont actuellement en cours de collecte.
Ces milliers d’échantillons ont été analysés ou le seront prochainement par l’Unité des virus émergents (UVE) UMR IRD/Université Aix-Marseille/Inserm. Les scientifiques recherchent la présence d’anticorps contre le virus responsable de la maladie COVID-19. 


Trois questions à Xavier de Lamballerie, directeur du laboratoire qui réalise ces tests sérologiques.

Quelles méthodes utilisez-vous pour rechercher les anticorps potentiellement produits par les volontaires qui ont rencontré le virus ?
Nous utilisons 2 méthodes. Dans un 1er temps, nous réalisons la technique simple et rapide ELISA* sur tous les échantillons de sérums issus des buvards sur lesquels les participants ont déposé une goutte de sang. Cette méthode — aussi utilisée dans les laboratoires commerciaux — recherche dans le sang la présence d'anticorps capables de reconnaître la protéine S, qui se trouve à la surface du virus et lui permet de s'accrocher aux cellules pour y rentrer et s'y multiplier. Si le résultat d’ELISA est négatif, il y a une forte probabilité que la personne n'ait pas été infectée par le virus.

Dans le cas d’un résultat d’ELISA positif, ou douteux, nous procédons à un test dit de « séroneutralisation ». Ce test est réalisé dans un laboratoire haute sécurité de niveau P3, avec des techniciens sous scaphandre. Nous préparons des dilutions des sérums des volontaires et les mélangeons avec des cellules et SARS-CoV-2, le virus responsable de la maladie COVID-19. Si au bout de 5 jours, les cellules ne sont pas infectées, cela indique que le sérum contenait des anticorps dits « neutralisants » qui se fixent fortement au virus et l'empêchent d'infecter les cellules.

Si le résultat à ce test de « séroneutralisation » est positif, nous sommes alors sûr à quasi 100 % que la personne a rencontré SARS-CoV-2. Mais attention, cela ne veut pas dire que la personne est protégée face à une nouvelle infection ! Nous n'avons pas encore — pour le COVID-19 — ce que l'on appelle un « corrélat de protection » : nous ignorons quelle quantité d'anticorps est nécessaire pour protéger efficacement contre l'infection. Il est essentiel que la personne testée positive continue à se protéger, et à protéger les autres, en maintenant les gestes barrières, en portant un masque et en gardant des distances physiques.

Vous obtenez parfois des résultats d’ELISA positif et « séroneutralisation » négatif. Comment les expliquez-vous ?
Cette situation est la plus difficile à interpréter — et aussi la plus frustrante pour les personnes qui recevront ce type de résultat. Pour une partie des personnes concernées, ces résultats contradictoires peuvent être liés au fait que la personne possédait des anticorps développés contre un autre coronavirus (par exemple ceux provoquant certains rhumes) qui reconnaissent aussi l'enveloppe du SARS-CoV-2, d'où le test ELISA positif.

Pour d'autres personnes, il peut s'agir de la marque d'une authentique infection par le SARS-CoV-2 mais sans anticorps neutralisants détectés, soit parce que la personne n'en a jamais sécrétés, soit parce qu'elle les a perdus au cours du temps. Nous travaillons beaucoup pour essayer d'améliorer l'interprétation des résultats dans ce cas particulier, mais il nous faudra sans doute encore un peu de temps pour y voir clair. Avouons-le modestement, nous savons encore assez peu de choses sur la réponse immunitaire déclenchée face au SARS-CoV-2.

Des études antérieures suggèrent une durée de persistance des anticorps neutralisants de 1 à 3 ans contre les coronavirus responsables de rhumes mais aussi SARS-CoV-1 et MERS-CoV. Qu’en est-il pour SARS-CoV-2 ?
Nous n’en savons rien du tout ! Nous n'avons le recul nécessaire ni pour estimer la durée de persistance des anticorps neutralisants, ni l’efficacité de leur protection. Au risque de me répéter : identifier des anticorps grâce aux tests ELISA ou de « séroneutralisation » n’est, en l’état des connaissances actuelles, pas synonyme de protection. Nous utilisons ces résultats à ce stade seulement pour identifier une infection passée, pas pour prédire une protection future. Nous invitons tous les volontaires des cohortes participant au projet SAPRIS à ne pas modifier leurs comportements de protection vis-à-vis d’eux-mêmes et des autres en fonction des résultats qui leur seront rendus. Il est essentiel de garder masques et gestes barrières.

*Le test ELISA réalisé est le test Anti-SARS-CoV-2 ELISA IgG d’EUROIMMUN.
 

Consulter

Magazine Inserm/Dossier Alimentation : Que mangerons-nous en 2050 ?

Publié le 12/08/2020
Comment mieux manger demain ?

Quelques réflexions et pistes suggérées par des travaux récents ou les experts du domaine :
  • D'ici 2050, 10 milliards d'humains à nourrir...
  • Vers la 5ème transition alimentaire 
  • Des assiettes plus végétalisées 
  • Manger 100 % bio dans 30 ans ?
  • La viande devrait se faire - encore - plus rare
  • Le sans-gluten ne deviendra pas la norme
  • De nouveaux alliés pour notre flore intestinale ?
  • L'alimentation des bébés également concernée
  • Les insectes et les algues : nouvelles sources de protéines ?
  • ​​​​​​​La viande in vitro : une alternative ?
Découvrez la contribution de plusieurs chercheurs de l'Eren : Dr Mathilde Touvier, Dr Mélanie Deschasaux, Dr Emmanuelle Kesse-Guyot, Dr Benjamin Allès.

Retrouvez également quelques résultats NutriNet-Santé qui existent et sont évoqués grâce à vous, les Nutrinautes. Encore un grand merci à vous pour votre participation !

Lire ou télécharger le dossier ou le magazine : https://fr.calameo.com/read/005154450e360a49aa8bd

Consulter

Suivi Covid-19 (été 2020) + Cuisson, emballages et matériaux au contact des aliments

Publié le 19/06/2020
Nous espérons que vous et vos proches vous portez bien.

Nous tenions tout d’abord à vous remercier chaleureusement. Grâce à votre participation collective, nous avons publié ce mois-ci un rapport préliminaire sur l'alimentation, l'activité physique et le poids pendant la période de confinement. Ces résultats importants en matière de santé publique ont fait l’objet d’une actualité publiée sur notre site, et reprise par de multiples médias (Le Monde, BFM TV, France Inter, France Info, etc.) : consulter l'article

2 questionnaires vous sont proposés :
  • Questionnaire de suivi Covid-19 (été 2020) : évolution de votre poids, votre situation par rapport à l'emploi et vos symptômes, tests et diagnostics liés au Covid-19
  • Questionnaire Cuisson, emballages et matériaux au contact des aliments
Nous espérons que vous répondrez nombreux, car vous avez un rôle clé à jouer pour aider les chercheurs et les acteurs de santé publique à lutter contre l’épidémie et limiter ses impacts sur nos modes de vie et sur la santé en général. 

Rendez-vous dès maintenant dans la rubrique Mes questionnaires.

Merci pour votre participation qui constitue un acte d’utilité publique citoyen et solidaire !

Consulter

COVID-19 : Rapport préliminaire sur l'alimentation et l'activité physique pendant la période de confinement

Publié le 09/06/2020
Merci à tous pour votre participation ! Grâce à vous l'Eren a pu réaliser ses premières analyses sur le sujet. Nous tenons à partager avec vous les résultats...

Quelques faits marquants :
  • 3 types d'évolution des comportements nutritionnels observés :
    • Des modifications plutôt défavorables à la santé, ex : prise de poids (pour 35 % des participants), diminution de l'activité physique (53 %)...
    • Des modifications plutôt favorables à la santé, ex : perte de poids (23 %), augmentation de l'activité physique (19 %)...
    • Des comportements restés relativement stables
  • Une réduction du nombre de lieux d'approvisionnement...
Pour en savoir plus...

Lire ou télécharger l'information presse en français : https://etude-nutrinet-sante.fr/upload/Actualites/CP-FB-Twitter-2020-06-10-2.pdf

Lire ou télécharger le rapport préliminaire déposé sur la plateforme medRxiv en anglais : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.06.04.20121855v1
Attention : la plateforme medRxiv est dédiée à la mise en ligne et au partage de prépublications, cad d'articles scientifiques non encore évalués par des pairs, dans le domaine de la recherche médicale.

Consulter

Où en est le volet auto-prélèvement/test sérologique SAPRIS SERO ?

Publié le 29/05/2020
Ci-dessous les réponses à quelques questions que vous êtes nombreux à nous poser.

  • Quand allez-vous recevoir vos résultats ?
Nous n'avons pas encore de date précise à vous communiquer, toutefois sachez que les premiers échantillons NutriNet-Santé ont été envoyés au laboratoire d'analyse en début de semaine.

Ce laboratoire prenant en charge tous les échantillons des cohortes publiques françaises participant au projet SAPRIS (NutriNet-Santé, Constances, E3N/E4N, ELFE/EPIPAGE), le délai de traitement reste pour le moment indéterminé.

Comptez sur nous pour vous informer dès réception de leur disponibilité !

  • Comment ?
Notre équipe prépare déjà la restitution de vos résultats de manière totalement sécurisée dans votre espace santé…

  • Quelle est la fiabilité des tests réalisés ?
Oui, les tests que vous réalisez sont fiables ! Nous vous expliquons pourquoi…

Adaptées aux tests à grande échelle, des méthodes immunoenzymatiques « ELISA » classiques seront utilisées dans un premier temps. Ces méthodes permettent de dire avec certitude qu'un individu n'a pas développé des anticorps et qu'il est « négatif ».

Mais il y a parfois des « faux positifs ». Pour avoir un résultat fiable à 100 %, les résultats ELISA-positifs doivent être confortés par la méthode de séroneutralisation*.

C’est ce qui sera fait dans le cadre de SAPRIS SERO : tous les ELISA-positifs mais aussi des ELISA-négatifs dont la valeur est plus « élevée » feront l’objet d’une validation en séroneutralisation.

*La séroneutralisation est la méthode de référence, validée par l'institut Pasteur. Elle permet de doser les anticorps qui bloquent le virus, appelés anticorps neutralisants. Cette méthode, nécessitant plus de temps, ne peut donc pas être utilisée sur un très grand nombre de prélèvements.

  • Pourquoi n’avez-vous rien reçu malgré votre envie de participer ?
Vous avez répondu positivement à l’appel à participation à ce volet via le questionnaire dédié mais vous n’avez pas encore reçu de mail de confirmation de notre part…

Compte-tenu de la faible disponibilité de kits, nous n’avons dans un 1er temps obtenu qu'un faible nombre pour les Nutrinautes volontaires, inférieur en nombre à vos réponses positives (merci !).
Ces premiers kits dont nous disposions ont tous été attribués à des Nutrinautes répondant à certains critères de sélection particuliers (sexe, âge, région).

Nous allons, fin juin, recevoir une 2ème vague de kits, en plus grand nombre, que nous pourrons attribuer aux Nutrinautes volontaires.

Mi-juillet, au plus tard, vous recevrez un email vous informant de votre sélection pour cette 2ème vague ou non.

Toute l’équipe NutriNet-Santé vous remercie de votre patience et surtout de votre soutien à notre étude et à la recherche publique.

Consulter

Il n'y a plus d'articles

Publications