Connexion

Publications

Associations prospectives entre un indicateur d’alimentation durable (SDI) et le risque de cancer et de maladies cardiovasculaires dans la cohorte française NutriNet-Santé

Eur J Epidemiol. 2020
Seconda L, Baudry J, Allès B, Touvier M, Hercberg S, Pointereau P, Lairon D, Kesse-Guyot E.

Pour assurer un développement durable, il est essentiel de mieux caractériser les relations entre la durabilité de l'alimentation et la santé. Nous avons étudié les associations entre les régimes alimentaires durables, évalués à l'aide d’un indicateur d’alimentation durable (SID) et le risque de cancer et de maladies cardiovasculaires dans une large cohorte prospective de volontaires français.

Nous avons calculé le SDI chez 25592 participants de la cohorte NutriNet-Santé en utilisant une base de données développée dans le cadre du projet BioNutriNet comprenant des données nutritionnelles, comportementales, environnementales et économiques. L'état de santé de chaque participant a été enregistré au moyen de questionnaire entre 2014 à 2018 et validé par des médecins. Les associations entre le SDI et le risque de maladies chroniques (cancer et maladies cardiovasculaires) ont été évaluées à l'aide de modèles Cox multivariables. 640 cas de maladies chroniques sont survenus au cours du suivi de 3,8 ans (483 cas de cancer et 158 cas de maladies cardiovasculaires).

Un SDI plus élevé était associé à un risque plus faible de maladies chroniques globales après ajustement sur les facteurs de confusion potentiels. Les participants du quatrième quartile, reflétant les habitudes alimentaires durables les plus élevées, avaient un risque plus faible de cancers ou de maladies cardiovasculaires (HRQ4 vs. Q1 = 0,61 (IC 95% 0,47-0,80), P-tendance = 0,0002). Plus précisément, cette association était observée pour les cancers dans le modèle ajusté, mais n'était pas statistiquement significative pour les maladies cardiovasculaires.

Bien que ces résultats doivent être confirmés par d'autres études d'observation, ils soutiennent le fait qu'une large adoption de modes d'alimentation durables peut contribuer à améliorer la santé en France et objectivent les cobénéfices pour la santé et l’environnement des régimes durables.

Pour en savoir plus : Alimentation durable & obésité ; développement de l'indicateur d'alimentation durable

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32140936
 

Consulter

Régimes alimentaires, aliments ultra-transformés et risque de maladies intestinales inflammatoires dans la cohorte NutriNet-Santé

Inflamm Bowel Dis. 2020 ; pii: izaa018
Vasseur P, Dugelay E, Benamouzig R, Savoye G, Lan A, Srour B, Hercberg S, Touvier M, Hugot JP, Julia C, Buscail C.

Contexte : L'incidence des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) a eu tendance à augmenter dans les dernières décennies. L'alimentation est soupçonnée d'être un déterminant de l'apparition de ces maladies. Cette étude prospective visait à évaluer les associations entre les survenue des MICI, les habitudes alimentaires et la consommation d’aliments ultra-transformés dans la cohorte française NutriNet-Santé.

Méthodes : Les participants de la cohorte NutriNet-Santé ayant rempli au moins trois enregistrements alimentaires de 24 heures ont été inclus. Les cas de MICI ont été identifiés à partir de 3 questionnaires spécifiques et confirmés par un entretien téléphonique ou par courriel. Des profils alimentaires (DP) ont été calculés à l'aide d'une analyse en composantes principales (ACP) basée sur la consommation de 29 groupes d'aliments, tandis que le pourcentage d'aliments ultra-transformés (UPF) dans le régime a été obtenu à l'aide de la classification NOVA. Des modèles de Poisson multivariables ont été réalisés pour évaluer les associations entre les quintiles de DP, le pourcentage d'UPF (UPFp) dans le régime et les MICI incidentes.

Résultats : Un total de 105 832 participants ont été inclus, contribuant à hauteur de 238 924 personnes-années, avec un suivi moyen de 2,3 ± 2,2 ans. Parmi eux, 75 participants ont déclaré une MICI incidente. Trois profils alimentaires ont été retenus : "sain", "traditionnel" et "occidental". Aucune association significative n'a été trouvée entre DP et UPFp et MICI après ajustement.

Conclusions : Dans cette étude, ni les DP ni le pourcentage d'UPF dans le régime alimentaire n’étaient associés significativement au risque de MICI incidente après ajustement. D'autres études sont nécessaires pour étudier l'association à long terme entre le régime alimentaire et les MICI.

Pour en savoir plus : aliments ultra-transformés & troubles digestifs fonctionnels ; régime végétarien & syndrôme de l'intestin irritable ; régime "occidental" & syndrôme de l'intestin irritable

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32055825
 

Consulter

Analyse de l’association prospective entre le score d’adéquation aux recommandations nutritionnelles françaises de 2017 (PNNS-GS2) et l’apparition de surpoids et d’obésité dans la cohorte NutriNet-Santé

PLoS Med. 2019; 16(12):e1003007
Chaltiel D, Julia C, Adjibade M, Touvier M, Hercberg S, Kesse-Guyot E.

Introduction et but de l’étude : Le nouveau score d’adéquation aux recommandations nutritionnelles françaises de mars 2017 (PNNS-GS2) a été préalablement validé. Cette validation doit être poursuivie par l’évaluation de la valeur prédictive de ce nouveau score sur les événements de santé. Le surpoids et l’obésité étant des facteurs de risque majeurs de morbi-mortalité très liés à l’alimentation, cette étude visait donc à analyser leur association prospective avec le PNNS-GS2. Un objectif secondaire est de comparr ces résultats à ceux obtenus avec  le PNNS-GS, reflétant les précédentes recommandations.

Matériel et Méthodes : L’échantillon était constitué de participants recrutés parmi les adultes français au sein de la cohorte prospective NutriNet-Santé (N=31804 pour le surpoids et 42471 pour l’obésité). Le PNNS-GS et le PNNS-GS2 ont été calculés à partir des données alimentaires recueillies au cours des 2 premières années de suivi, puis les poids ont été enregistrés lors des réponses à différents questionnaires. L’association entre les scores et l’incidence de surpoids ou d’obésité a été modélisée par un modèle de Cox. Les événements étaient définis comme avoir un IMC devenant supérieur à 25 ou 30, pour le surpoids ou l’obésité respectivement. Nous avons également utilisé un modèle mixte pour évaluer l’impact des scores sur la prise de poids. La comparaison au PNNS-GS s’est faite par l’intermédiaire du mPNNS-GS, score modifié sans la composante « activité physique ».

Résultats : Les moyennes des scores dans notre échantillon étaient de 2,2 (SD=3,2) pour le PNNS-GS2 et 8.2 (SD=1.6) pour le mPNNS-GS. Le PNNS-GS2 est significativement associé à l’incidence de surpoids et d’obésité dans notre cohorte, en quintiles comme en continu, comme le montrent les Hazard Ratios du tableau suivant (modèles ajustés sur âge (échelle de temps), sexe, apport énergétique et taille, en gras si significatifs), et ce de façon plus marquée que le mPNNS-GS. Les tests de tendance linéaire sur les quintiles de PNNS-GS2 étaient significatifs (p<0.0001 pour le surpoids et l’obésité). Concernant le mPNNS-GS, le test de tendance pour le surpoids était significatif (p=0.001) mais à la limite de la significativité pour l’obésité (p=0.053).

Conclusion : L’association forte du PNNS-GS2 avec les incidences de surpoids et d’obésité renforcent sa validité de construit. Sa supériorité apparente sur le mPNNS-GS contribue à la pertinence des nouvelles recommandations nutritionnelles. L’association avec d’autres événements de santé devra être testée.

Pour en savoir plus : score PNNS-GS2

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31887145

 

Consulter

Associations entre la consommation d’aliments ultra-transformés et le risque de diabète de type 2 dans la cohorte NutriNet-Santé

JAMA Intern Med. 2019

Srour B, Fezeu LK, Kesse-Guyot E, Allès B, Debras C, Druesne-Pecollo N, Chazelas E, Deschasaux M, Hercberg S, Galan P, Monteiro CA, Julia C, Touvier M.

Les aliments ultra-transformés (UPF) sont répandus dans les régimes alimentaires occidentaux. Leur consommation a été associée dans des études prospectives récentes à des risques accrus de mortalité toutes causes et maladies chroniques comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, l’hypertension et les dyslipidémies ; cependant, aucune étude sur le risque de diabète n’existe.
Objectif : Évaluer les associations entre la consommation de UPF et le risque de diabète de type 2.

Méthodes : 104 707 participants de 18 ans et plus de la cohorte française NutriNet-Santé (2009-2019) ont été inclus. Les données sur les apports alimentaires ont été recueillies à l'aide d’enregistrements alimentaires de 24 h répétés (5,7 par participant en moyenne), conçus pour enregistrer les habitudes des participants. La classification NOVA a été appliquée. Les associations entre la consommation UPF et le risque de T2D ont été évaluées à l'aide de modèles de Cox multivariable (ajustés sur des facteurs de confusion sociodémographiques, anthropométriques, mode de vie, antécédents médicaux et facteurs nutritionnels).

Résultats : 104 707 participants (21 800 [20,8 %] hommes et 82 907 [79,2 %] femmes) ont été inclus. Les risques absolus de diabète chez les consommateurs d’UPF les plus bas et les plus élevés étaient de 113 et 166 pour 100 000 années-personnes, respectivement. La consommation de UPF était associée à un risque plus élevé de diabète (rapport de risque instantané [HR] pour un incrément absolu de 10 dans le pourcentage d'UPF dans l'alimentation=1,15 ; IC à 95 %, 1,06-1,25 ; suivi médian, 6,0 ans ; 582 252 années-personnes ; 821 incidents). Ces résultats sont restés statistiquement significatifs après ajustement sur plusieurs marqueurs de la qualité nutritionnelle du régime alimentaire, pour d'autres comorbidités métaboliques et pour le changement de poids.

Conclusions et pertinence : Dans cette grande étude prospective observationnelle, la consommation d’UPF était associée à une augmentation du risque de diabète. Même si ces résultats doivent être confirmés dans d'autres populations, ils soutiennent les efforts des autorités de santé publique pour recommander de limiter la consommation des UPF.

Pour en savoir plus : AUT & cancer ; & troubles fonctionnels digestifs ; & mortalité ; & symptômes dépressifs

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31841598
 

Consulter

Il n'y a plus d'articles

Publications