Connexion
Consommation d’aliments ultra-transformés et risque de mortalité : les résultats issus de l’étude NutriNet-Santé
Introduction : La consommation d'aliments ultra-transformés (AUT) est associée à une incidence augmentée des maladies chroniques (dyslipidémies, obésité, hypertension, cancer). L’objectif était d'évaluer l'association entre consommation d'AUT et risque de mortalité dans la cohorte NutriNet-Santé.

Méthode : Dans cette étude prospective observationnelle, nous avons analysé les données alimentaires de 44 551 participants d’âge ≥ 45 ans, ayant complété au moins 3 enregistrements alimentaires de 24h pendant leurs deux premières années de suivi. Les participants ont été suivis entre 2009 et 2017 (médiane : 7,1 ans). La proportion (en poids) des AUT dans l'alimentation (AUTp) a été calculée pour chaque individu. La mortalité a été évaluée avec le registre national de mortalité par cause (CépiDC). L'association entre quartiles d’AUTp et risque de mortalité globale a été estimée par modèles de Cox multivariés.

Résultats : 73,1% des inclus étaient des femmes, l'âge moyen à l’inclusion était 56,7 ans (±7,5). Les AUT représentaient 14,4% des aliments consommés en poids, soit 29,1% de l'apport énergétique total. Durant le suivi, 602 décès sont survenus. Après ajustement sur facteurs de confusion, une consommation plus élevée d’AUT était associée à un risque accru de mortalité toutes causes (HR pour 10% d’augmentation d’AUTp [IC 95%] : 1,14 [1,04-1,27], p = 0,01).

Conclusion : Ces résultats suggèrent qu'une augmentation de la consommation d'AUT est associée à un sur-risque de mortalité. D'autres études prospectives sont nécessaires pour confirmer ces résultats et analyser l’impact relatif des caractéristiques des AUT dans cette association.
 
...
Voir plus

Journée Mondiale Contre le Cancer
...
Voir plus

La protection des données des Nutrinautes, une priorité !
Des données protégées

A la pointe de la technologie en matière de sécurité, le site internet NutriNet-Santé assure la protection des données transmises par les Nutrinautes à travers :
•    Un socle applicatif (framework) robuste et maintenu à jour avec Symfony
•    Un certificat TLS pour sécuriser votre navigation via le chiffrement de votre connexion
•    Un hébergeur agréé pour les données de santé. Pour plus d’informations


Un anonymat préservé

Toute information concernant les Nutrinautes donne lieu à une donnée anonyme, traitée de façon confidentielle uniquement par les chercheurs de l’équipe. 
Afin de collecter et traiter ces informations, le projet a reçu un avis favorable de la CNIL sous le numéro de dossier 908450.


Une étude de santé publique

L’étude Nutrinet-Santé est financée par les institutions publiques suivantes: 

-    le Ministère des Affaires sociales et de la Santé, 
-    Santé Publique France, 
-    l'Université Paris 13, 
-    l'Inserm, 
-    l'Inra, 
-    le Cnam

De ce fait, l'étude NutriNet-Santé est une recherche publique, sans aucun intérêt économique ni aucun objectif "marketing". 


Nous vous remercions pour votre confiance et votre engagement dans cette grande étude ! 
...
Voir plus

Bonne année 2019 !
Toute l’équipe vous souhaite une très bonne année 2019 !

Au programme de cette année : grâce à vous, de nouveaux résultats sur les relations nutrition-santé, de nouveaux programmes de recherche qui démarrent, des actualités, des publications scientifiques… et le 10ème anniversaire de l’étude NutriNet-Santé !

En 2019, restez connectés pour faire avancer la recherche !

Bonne année
...
Voir plus

03/10/2018 - Santé log

NutriNet-Santé dans la presse : Cancer : l'alimentation, le premier des facteurs de prévention ?

Cette nouvelle analyse de données de notre cohorte française NutriNet-Santé qui nous est proposée dans la revue Cancer Research, confirme la relation déjà très documentée, entre alimentation et risque de cancer...

Cependant ici, l'analyse apporte une précision de taille, l'alimentation est, avec la pratique de l'exercice, un facteur majeur de prévention ou de risque. Adhérer à un régime alimentaire sain est associé à un risque de cancer significativement réduit.

C'est l'analyse de 4 scores nutritionnels, calculés à partir de 41.543 participants âgés de 40 ans ou plus, qui n'avaient jamais reçu de diagnostic de cancer avant l'inclusion dans l'étude, qui aboutit à cette conclusion...

"Ainsi, parmi tous les facteurs de risque de cancer (outre le tabac), la nutrition et l'activité physique sont des facteurs de mode de vie modifiables qui peuvent impacter le risque de cancer", résume Mathilde Touvier, auteur principal et chercheuse à l'Inserm...

Consulter l'article en ligne


...
Voir plus





Publications