Connexion

Publications

Boissons sucrées et édulcorées et maladies cardiovasculaires dans la cohorte NutriNet-Santé

Publié le 10/11/2020
J Am Coll Cardiol. 2020;76(18):2175-2177
Chazelas E, Debras C, Srour B, Fezeu LK, Julia C, Hercberg S, Deschasaux M, Touvier M.

La consommation de boissons sucrées a augmenté dans le monde ces dernières années, tandis que les preuves de leur effet néfaste sur la santé cardiométabolique s'accumulent. Les boissons édulcorées sont commercialisées comme une alternative plus saine, mais leur impact cardiométabolique est actuellement débattu. Nous avons étudié les relations entre la consommation de boissons sucrées, édulcorées et le risque de maladies cardiovasculaires (MCV) dans une large cohorte prospective. 
  
La cohorte française NutriNet-Santé a été lancée en 2009. Des questionnaires en ligne (portant sur l'activité physique, le statut socio-économique, l'anthropométrie) sont régulièrement administrés aux participants. Tous les six mois, les participants sont invités à remplir trois enregistrements alimentaires validés en ligne sur 24 heures (deux au minimum étaient obligatoires). Tous les événements de santé importants signalés par les participants ont été validés sur la base de leur dossier médical. Les données ont également été reliées au système national d'assurance maladie (SNIIRAM) et au registre national de mortalité français (CépiDC). La présente étude s'est concentrée sur les premiers cas incidents d'accident vasculaire cérébral, d'accident ischémique transitoire, d'infarctus du myocarde, de syndrome coronarien aigu et d'angioplastie. Pour chaque type de boisson, trois catégories de consommation ont été définies : non-consommateurs, consommateurs moyens et élevés (séparés par une médiane sexe spécifique parmi les consommateurs). Des modèles de Cox à risque proportionnel à multiples ajustements (âge en échelle de temps) ont été réalisés. Afin de tenir compte du biais de causalité inverse potentiel (particulièrement important pour les boissons édulcorées), les cas survenant au cours des trois premières années de suivi ont été exclus. Les participants ont contribué jusqu'à la date du diagnostic de MCV, du dernier questionnaire rempli, du décès ou du 23 octobre 2019, selon la première éventualité. R® (3.5.2) a été utilisé pour les analyses.

Au total, 104 760 participants ont été inclus [âge moyen de référence = 42,9 ans (ET = 14,6)]. Le nombre moyen de relevés alimentaires était de 5,7 (ET=3,1). L'IMC moyen était de 23,7 kg/m2 (ET=4,5), 17,2 % étaient des fumeurs actuels, 31,7 % avaient des antécédents familiaux de MCV. La prévalence de base du diabète de type 2 était de 1,4 %, l'hypercholestérolémie de 8,0 %, l'hypertension de 8,2 % et l'hypertriglycéridémie de 1,4 %. Au cours du suivi (2009-2019), 1 379 premiers cas incidents de MCV sont apparus. Par rapport aux non-consommateurs, les consommateurs de boissons sucrées et édulcorées étaient plus nombreux à présenter un risque plus élevé de MCV lors du premier incident (HR=1,20, 95 % IC 1,04-1,40, Ptendance=0,009, figure 1) et (HR=1,32, 95 % IC 1,00-1,73, Ptendance=0,03), respectivement.

Les effets des édulcorants sur la santé sont actuellement débattus sur la base de résultats épidémiologiques contradictoires. Les données mécanistes suggèrent divers impacts métaboliques des édulcorants, notamment par la perturbation du microbiote intestinal. Les principaux points forts de cette étude sont la taille importante de l'échantillon, le design prospectif et l'évaluation détaillée et actualisée de la consommation de boissons. Ses limites résident dans la confusion résiduelle potentielle et la causalité inverse. Cependant, nous avons ajusté pour un large éventail de facteurs de confusion et la causalité inverse est limitée après exclusion des cas de MCV précoces. En outre, les boissons sucrées comme les boissons édulcorées ont été associées à un risque de MCV. Les boissons sucrées ont également été associées au risque de cancer dans une analyse précédente. 

Dans cette cohorte, des consommations plus importantes de boissons sucrées et édulcorées ont été associées à un risque plus élevé de MCV, ce qui suggère que les boissons édulcorées pourraient ne pas être un substitut sain aux boissons sucrées. Ces données fournissent des arguments supplémentaires pour alimenter le débat actuel sur les taxes, l'étiquetage et la réglementation des boissons sucrées et édulcorées. Pour établir un lien de causalité, il est nécessaire de reproduire ces données dans d'autres cohortes prospectives à grande échelle et de procéder à des études mécanistiques.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33121725/

Consulter

L'association entre Neu5Gc et anticorps anti-Neu5Gc pourrait être un mécanisme d'action impliqué dans le cancer : étude française NutriNet-Santé

Publié le 10/11/2020
BMC Med. 2020 Sep 23;18(1):262.
Bashir S, Fezeu LK, Leviatan Ben-Arye S, Yehuda S, Reuven EM, Szabo de Edelenyi F, Fellah-Hebia I, Le Tourneau T, Imbert-Marcille BM, Drouet EB, Touvier M, Roussel JC, Yu H, Chen X, Hercberg S, Cozzi E, Soulillou JP, Galan P, Padler-Karavani V.

Contexte : Une consommation élevée de viande rouge et transformée est généralement associée à un risque accru de cancer, en particulier de cancer colorectal. Les anticorps contre l'acide N-glycolylneuraminique (Neu5Gc) glucidique, dérivé de la viande rouge, exacerbent le cancer chez les souris. Des études suggèrent que les IgG humaines anti-Neu5Gc et la viande rouge augmentent indépendamment le risque de cancer ; le mécanisme d’action par lequel l’alimentation affecte ces anticorps est largement inconnue.

Méthodes : Nous avons utilisé des données mondiales pour mettre en évidence une association entre la consommation nationale accrue de viande et l'incidence et la mortalité par cancer colorectal. A partir d’une grande cohorte bien définie, nous avons utilisé des glycomiques pour mesurer l'apport quotidien de Neu5Gc provenant de la viande rouge et des produits laitiers, et avons étudié le sérum ainsi que les anticorps anti-Neu5Gc purifiés par affinité. Sur la base des enregistrements alimentaires de 24 h, l'apport quotidien de Neu5Gc a été calculé pour 19 621 sujets âgés de ≥ 18 ans de l'étude NutriNet-Santé. Le sérum et les anticorps anti-Neu5Gc purifiés par affinité ont été évalués par ELISA et des micropuces de glycane chez 120 individus représentatifs, chacun ayant au moins dix-huit enregistrements alimentaires sur 24 h (âgés de 45 à 60 ans, Q1-Q4; âgés de> 60 ans, Q1 et Q4; 10 hommes / femmes par quartile).

Résultats : Nous avons constaté que le régime alimentaire riche en Neu5Gc, le sexe et l'âge affectaient la spécificité, les niveaux et les répertoires des réponses immunitaires IgG anti-Neu5Gc, mais pas leur affinité. Les hommes consommaient plus de Neu5Gc que les femmes, principalement en provenance la de viande rouge (p = 0,0015), et présentaient des taux sériques globaux d'IgG anti-Neu5Gc plus élevés par ELISA (3,94 ng / μl contre 2,22 ng / μl, respectivement; p = 0,039). Une analyse détaillée des microréseaux de glycane contre 56 glycanes différents a révélé une spécificité élevée de Neu5Gc avec une augmentation des IgG anti-Neu5Gc et des répertoires modifiés, associés à une consommation plus élevée de Neu5Gc provenant de la viande rouge et des produits laitiers de vache. La purification par affinité des anticorps sériques anti-Neu5Gc a révélé des niveaux accrus et des modèles de répertoire de matrice biaisés, sans augmentation de l'affinité des anticorps, chez les individus consommant des niveaux de Neu5Gc plus élevés. En outre, dans un régime riche en viande, les modèles de diversité d'anticorps sur les puces à ADN de glycane se sont déplacés vers les glycanes liés à Neu5Gcα3, augmentant le score du rapport α3 / α6-glycanes.

Conclusion : Nous avons trouvé un lien clair entre les niveaux et le répertoire des apports sériques d'IgG anti-Neu5Gc et de Neu5Gc provenant de la viande rouge et des produits laitiers. Ces méthodologies rationnelles précises ont permis de développer un index Gcemic pour simplifier l'évaluation de Neu5Gc dans les aliments qui pourraient potentiellement être adaptés pour des recommandations nutritionnelles dans le but de réduire le risque de cancer.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32962714/

Consulter

Apports en sucre totaux, sucres ajoutés, types de sucre et risque de cancer : résultats de la cohorte prospective NutriNet-Santé

Publié le 10/11/2020
Am J Clin Nutr. 2020 Sep 16:nqaa246
Debras C, Chazelas E, Srour B, Kesse-Guyot E, Julia C, Zelek L, Agaësse C, Druesne-Pecollo N, Galan P, Hercberg S, Latino-Martel P, Deschasaux M, Touvier M. 

Contexte : La consommation excessive de sucre est aujourd’hui reconnue comme facteur de risque d’obésité, de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires. En revanche, le niveau de preuve concernant le risque de cancer est moins solide. Les données expérimentales suggèrent que les sucres pourraient jouer un rôle dans l’étiologie du cancer par des mécanismes liés à l’obésité mais également par des mécanismes d’inflammation, de stress oxydant ou d’insulino-résistance, même en l’absence de prise de poids.

Objectif : Notre objectif était d’étudier les associations entre l’apport en sucres totaux et ajoutés et le risque de cancer (global, du sein et de la prostate), en tenant compte des types et sources de sucre.

Méthodes : Au total, 101 279 participants de plus de 18 ans (âge médian : 40,8 ans) de la cohorte française NutriNet-Santé (2009-2019) ont été inclus dans les analyses (temps de suivi médian : 5,9 ans). L’apport en sucre a été évalué par des enregistrements alimentaires de 24h, conçus pour mesurer la consommation usuelle de plus de 3500 aliments et boissons. Les associations entre l’apport en sucre et le risque de cancer ont été évalué par des modèles de Cox, ajustés sur les facteurs de risques connus (facteurs sociodémographiques, anthropométriques, liés au mode de vie, aux antécédents médicaux et à l’alimentation).

Résultats : L’apport en sucre était associé à une augmentation du risque de cancer (n=2503 cas, HRQ4vs.Q1=1,17 ; IC95%=1,00-1,37 ; ptendance=0.02). Plus particulièrement, les risques de cancers du sein étaient plus élevés (n=783, HRQ4vs.Q1=1.51 ; IC95%=1.14-2.00, p=0.0007). Les résultats demeuraient significatifs lorsque les modèles étaient additionnellement ajustés sur la prise de poids au cours du suivi. En outre, des associations significatives étaient observées concernant les apports en sucres ajoutés, sucres libres, sucrose, sucres des desserts lactés, des produits laitiers et des boissons sucrées (p≤0.01).
Conclusions
Ces résultats suggèrent que les sucres pourraient représenter un facteur de risque modifiable dans le cadre de la prévention primaire des cancers, en particulier pour le cancer du sein, et contribuent ainsi au débat actuel concernant la mise en place d’une taxe sur le sucre, de la régulation du marketing des aliments et boissons sucrés et d’autres politiques liées au sucre. 
Etude enregistrée à clinicaltrials.gov sous le numéro NCT03335644.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32936868/
 

Consulter

Anxiety is a potential effect modifier of the association between red and processed meat consumption and cancer risk: findings from the NutriNet-Santé cohort

Publié le 10/11/2020
Eur J Nutr. 2020
Beslay M, Srour B, Deschasaux M, Fouché E, Naud N, Bacquié V, Guéraud F, Andreeva VA, Péneau S, Chazelas E, Debras C, Hercberg S, Latino-Martel P, Theodorou V, Pierre F, Touvier M.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32889607/

Consulter

Consommation de boissons alcoolisées, tabagisme et parodontite : enquête transversale dans le cadre de l'étude NutriNet-Santé

Publié le 10/11/2020
J Periodontol. 2020
Hamdi Z, Detzen L, Fessi S, Julia C, Hercberg S, Czernichow S, Boillot A, Touvier M, Bouchard P, Andreeva VA, Carra MC.

Contexte : Des preuves récentes suggèrent que les habitudes alimentaires influencent le développement et la gravité de la parodontite. La présente étude transversale a évalué l'association entre les différents types et quantités de consommation de boissons alcoolisées (seul et en interaction avec le tabagisme) et la probabilité de souffrir de parodontite sévère dans l'e-cohort NutriNet-Santé.

Méthodes : La population étudiée était composée de 35 390 adultes (âge moyen : 49,04 ± 13,94 ans), qui ont rempli des questionnaires sur la santé bucco-dentaire et ont complété au moins trois relevés alimentaires non consécutifs sur 24 heures. Les données sur le type et la fréquence de la consommation de boissons alcoolisées a été obtenue à partir d'une autoévaluation semi-quantitative rapportée par questionnaire sur la fréquence de consommation d'alcool ; la quantité quotidienne (g/jour) a été estimée à partir des relevés alimentaires de 24 heures. La probabilité de parodontite sévère (variable dépendante principale) a été évaluée en calculant le score de dépistage modifié (mPESS) à partir de questions sélectionnées.

Résultats : Au total, 7263 personnes (20,5 %) présentaient une forte probabilité de souffrir de parodontite sévère (high-mPESS). Après correction des facteurs de confusion, la fréquence de la consommation de boissons alcoolisées était sensiblement plus élevée parmi le groupe à haut niveau d'exigence que leurs homologues à faible niveau d'exigence, en particulier pour alcool fort / spiritueux (1,9 ± 1,4 jours/semaine pour le PESS élevé contre 1,6 ± 1,1 jours/semaine la faible pression [P < 0,0001]). La quantité quotidienne moyenne d'éthanol était également plus élevée chez les individus à forte PSEE par rapport aux individus à faible PSEE (11,2 ± 15,6 contre 7,9 ± 12,3 g/jour ; P = 0.011). Une association plus forte avec la parodontite grave auto-déclarée a été notée lorsque la consommation d'alcool dépasse > 20 g/jour pour les femmes et > 30 g/jour pour Les hommes ont été combinés avec l'habitude de fumer (OR = 7,30 [IC 95% : 6,1-8,73]).

Conclusion : Les présents résultats confirment l'existence d'une association entre les boissons alcoolisées la consommation et l'auto-déclaration de parodontites graves, en particulier lorsqu'il s'agit associés au tabagisme actuel.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32895953/

Consulter

Il n'y a plus d'articles

Publications