Connexion

Etude de l’association prospective entre scores nutritionnels et pathologies cardiovasculaires : l’adhérence au régime Méditerranéen est-elle davantage associée aux pathologies cardiovasculaires que l’adhérence aux recommandations nutritionnelles ?

Publié le 25/03/2020
Am Heart J. 2019;217 :1-12

Trébuchet A, Julia C, Fézeu L, Touvier M, Chaltiel D, Hercberg S, Galan P, Adjibade M, Kesse-Guyot E.

Contexte : Le rôle de la nutrition dans les pathologies cardiovasculaires (MCV) est un enjeu de santé publique. Si le rôle protecteur d’un régime Méditerranéen sur le risque de MCV est clairement documenté, la supériorité de ce régime par rapport aux recommandations officielle nationales n’a pas été évaluée à ce jour. Notre objectif est donc d’évaluer l’association prospective entre différents scores nutritionnels et l’incidence de MCV.

Méthodes : Un total de 94 113 participants de la cohorte NutriNet-Santé ont été suivis entre mars 2009 et mars 2018 et ont complété différents questionnaires dont des enregistrements alimentaires de 24h répétés. Les participants devaient avoir complété au moins 3 questionnaires nutritionnels au cours des deux premières années de suivi – indicateur de l’exposition, avoir les données nécessaires pour le calcul du score mPNNS-GS (score d’adhérence aux recommandations nutritionnelles françaises de 2001). Trois scores nutritionnels ont été calculés : le LAMD (adéquation au régime méditerranéen), le  mPNNS-GS (score d’adhérence aux recommandations nutritionnelles françaises) et le AHEI-2010 (adéquation aux recommandations nutritionnelles américaines). Les associations entre scores nutritionnels et 1) MCV et 2) sous-groupes des MCV : angor, angioplastie, infarctus du myocarde, syndrome coronarien aigu, accident vasculaire cérébral, et décès par maladie cardiovasculaire ont été estimées au moyen de modèles de Cox à risques proportionnels multivariables.

Résultats : Nous avons documenté 1399 événements pour les MCV. Le risque de MCV chez les participants présentant plus haut comparé au plus bas quartile de score était, pour le LAMD de 0,79 (95% IC : 0,67-0,93, P-trend=0,004) et de 0,75 (95% IC : 0,63-0,89, P-trend=0,002) pour AHEI-2010. Les résultats obtenus sont équivalents lorsque sont supprimés les événements précoces, les sujets les moins répondants (nombre d’enquêtes alimentaires <6) et lorsque l’on considère les incidents ischémiques transitoires. Dans ce dernier cas, l’association entre le mPNNS-GS et le risque de MCV était significative.

Conclusions :Une qualité nutritionnelle élevée est associée à un risque plus faible de MCV et ce quel que soit le score considéré (LAMD, AHEI-2010 et mPNNS-GS). Un score reflétant les nouvelles recommandations nutritionnelles, plus proches du régime méditerranéen devrait renforcer l’effet protecteur des recommandations nationales nutritionnelles vis-à-vis du risque cardiovasculaire.

Pour en savoir plus : Scores nutritionnels & asthme ; Scores nutritionnels et cancers.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31450161
 

Copier le lien de l'article :

copié



Publications