Connexion

Actualités

Aliments ultra-transformés (AUT) et risques cardiovasculaires, une étude menée au sein de NutriNet-Sante !

Le Quotidien du Médecin , Journal International de Médecine (JIM)France Info , Futura Santé ... des résultats fortement médiatisés ! 

Consulter

Communiqué de presse

L’étude NutriNet-Santé lance de nouveaux programmes de recherche et recrute des volontaires ! 
 
Transformation des aliments, additifs alimentaires, exposition alimentaire aux pesticides, produits Bio, étiquetage nutritionnel, régimes d'exclusion... : 10 ans après son lancement et plus que jamais au cœur de problématiques de santé publique émergentes, l'étude NutriNet- Santé se lance dans l'exploration des relations alimentation-santé dans leurs multiples dimensions. 

Accédez en ligne au communiqué de presse
 

Consulter

Alimentation et dépression


Qu’est-ce que la dépression

La dépression se caractérise par une tristesse, une perte d’intérêt ou de plaisir, un sentiment de culpabilité ou une faible estime de soi, des troubles du sommeil ou un appétit perturbé, une sensation de fatigue et un manque de concentration (définition de l’OMS – 2012). Elle est engendrée par une perturbation des neurotransmetteurs.
Maladie multifactorielle, elle semble être liée à deux formes de facteurs : 
•    des facteurs la favorisant : génétiques et traumatismes affectifs
•    des facteurs environnementaux psychosociaux, démographiques, physiques, cliniques, génétiques et liés au mode de vie (comme la nutrition)
De plus en plus courante, la dépression touche actuellement plus de 300 millions de personnes dans le monde et près de 7% des français sont concernés par des troubles dépressifs, des troubles qui peuvent entacher leur quotidien et celui de leurs proches. 


La dépression, dans NutriNet, on s’y intéresse ! 

Réelle problématique de santé publique, la sphère scientifique s’est intéressée ces dernières années aux liens entre l’alimentation et les symptômes dépressifs, mais de nombreuses questions restent en suspens. C’est pourquoi, forte de sa cohorte de 160 000 participants, les chercheurs de l’étude NutriNet-Santé ont investi ce champ de recherche. 
Son objectif : identifier les facteurs de risque et protecteurs liés à la nutrition pour améliorer la prévention de la dépression par le biais de l’alimentation ! 

Déjà un résultat : Une récente étude menée sur la e-cohorte NutriNet-Sante a permis d’observer une association inverse entre l’adéquation à une alimentation méditerranéenne ou aux recommandations nutritionnelles officielles et le risque de symptômes dépressifs incidents ; soit, que la promotion des modes de vie « sains » et en particulier une alimentation saine, serait importante dans une stratégie de prévention des symptômes dépressifs. 
Retrouvez le résumé de l’étude sur : https://www.etude-nutrinet-sante.fr/article/view/217 

Pour continuer leurs recherches sur les liens entre la nutrition et la santé mentale, les chercheurs ont besoin de chacun d’entre nous. Vous aussi, faites avancer la recherche, devenez Nutrinautes sur : https://etude-nutrinet-sante.fr/
 
*Une grande partie de ces travaux ont été réalisés dans le cadre de la thèse de Moufidath Adjibade

Consulter

Les Nutrinautes témoignent !

Mercredi 15 mai, 10 Nutrinautes tirés au sort, sont venus découvrir les coulisses de l’étude NutriNet-Santé.

Pour l’occasion, certains d’entre eux se sont confiés au micro de notre partenaire l’Université Paris 13 sur ce que signifiait pour eux être un « Nutrinaute ». 

Découvrez leurs témoignages sur : https://youtu.be/nJygpZfx0WE
 

Consulter

Alimentation Bio et santé, que disent les dernières études développées dans le cadre du projet BioNutriNet ?

Retrouvez ci-dessous les conclusions des dernières études menées au sein de BioNutriNet. Pour plus d'informations, consultez les résumés en français ! 

Concentrations en pesticides dans les urines d’adultes français chez les faibles et forts consommateurs de bio : résultats de l’étude NutriNet-Santé
Les participants dont le régime alimentaire contenait majoritairement des produits bio présentaient moins de certains résidus de pesticides notamment marqueurs d’organophosphorés dans leurs urines que ceux consommant principalement des aliments issus de l'agriculture conventionnelle. Les deux groupes présentaient des niveaux d’exposition relativement élevés. Les résultats obtenus indiquent que l’exposition à certains pesticides via l’alimentation notamment organophosphorés et pyréthrinoïde peut être réduite par l’introduction d’aliments bio dans le régime. Les effets cliniques de telles différences doivent être approfondis.

Résumé : https://www.etude-nutrinet-sante.fr/article/view/247 


Amélioration de la durabilité des régimes avec une proportion de bio dans l’alimentation plus élevée : résultats de la cohorte BioNutriNet
Les régimes des grands consommateurs de bio étaient globalement caractérisés par des bénéfices nutritionnels et environnementaux élevés. Ces derniers résultaient principalement de la faible consommation d’aliments d’origine animale, tandis que le système de production était responsable des coûts monétaires élevés, le tout réduisait l’exposition alimentaire aux pesticides. 

Résumé : https://www.etude-nutrinet-sante.fr/article/view/270


Des différences de biomarqueurs nutritionnels détectés entre les consommateurs et les non consommateurs de bio
Si confirmés par d’autres études, nos résultats suggèrent qu’une forte consommation d’aliments bio, comparée à une très faible consommation, module dans une certaine mesure, le statut nutritionnel des individus avec un même profil alimentaire. De futures études, notamment des études de cohorte prospectives sont nécessaires pour évaluer la pertinence clinique de telles différences.

Résumé : https://www.etude-nutrinet-sante.fr/article/view/267


Pour continuer de faire progresser les connaissances scientifiques sur les liens entre l’alimentation et la santé, les chercheurs ont besoin de vous.
Inscrivez-vous sur https://www.etude-nutrinet-sante.fr/ et faites avancer la recherche !  
 

Consulter

Il n'y a plus d'articles

Publications