Connexion

Tendances des pratiques d'allaitement et des expériences des mères dans la cohorte française NutriNet-Santé

Publié le 29/07/2021
Int Breastfeed J. 2021 Jul 2;16(1):50. doi: 10.1186/s13006-021-00397-x. PMID: 34215307; PMCID: PMC8254215.
Courtois F, Péneau S, Salanave B, Andreeva VA, Roland-Cachera MF, Touvier M, Galan P, Hercberg S, Fezeu LK.

Contexte : La France a l'un des taux les plus bas au monde en ce qui concerne l'initiation et la durée de l'allaitement. Peu d'études ont exploré les pratiques de l’allaitement en France depuis le milieu du 20ème siècle jusqu’à maintenant, ni n’ont étudié le ressenti des mères de l'initiation à l'arrêt. L’objectif de notre étude était de déterminer les tendances de l'allaitement au cours des dernières décennies en rapport avec les recommandations de santé publique, et d'examiner les perceptions des mères concernant les facteurs connus pour avoir un impact sur le soutien et l'arrêt de l'allaitement.

Méthodes : De la cohorte NutriNet-Santé (lancées en 2009 pour étudier la relation entre nutrition et santé), ont été incluses 29 953 femmes pares (c’est-à-dire ayant donné naissance à au moins un enfant) dans la présente étude. À l'aide de questionnaires en ligne, il leur a été demandé rétrospectivement si elles avaient allaité leur plus jeune enfant ou non, et si oui, la durée de l'allaitement exclusif et total. Pour celles qui avaient allaité, nous avons étudié, d’une part leurs perceptions concernant le soutien à l'initiation et pendant toute la période d'allaitement, et d’autre part les raisons de l'arrêt de l'allaitement. Nous avons également demandé à celles qui n'allaitaient pas leurs perceptions et lesraisons pour lesquelles elles avaient nourri leur plus jeune enfant avec une préparation pour nourrisson ou substitut de lait maternel. Les analyses ont été pondérées selon les données du recensement français.

Résultats : Dans la cohorte NutriNet-Santé, 67,3 % des mères ont allaité leur plus jeune enfant. La proportion d'enfants allaités au sein a augmenté au cours des dernières décennies, passant de 55,0 % (IC à 95 % 54,3-55,6) dans les années 1970 à 82,9 % (82,4-83,4) dans les années 2010. La durée de l’allaitement exclusif est passée de 2,4 mois dans les années 1970 à 3,2 mois dans les années 2010, quant à celle de l’allaitement total, elle est passée de 3,3 mois à 5,9 mois sur cette même période. La plupart des mères se sont senties soutenues à l'initiation et pendant la période d'allaitement. 59,5 % d’entre elles ont eu envie d’allaiter plus longtemps pour une durée de plus de deux mois supplémentaires. Les mères qui n'allaitaient pas l'ont fait par choix (64,3 %). Elles ne se sentaient ni coupables (78,2 %) ni ne percevaient de problème de ne pas avoir allaité (58,8 %), mais près de lamoitié d'entre elles auraient aimé allaiter (45,9 %).

Conclusion : La durée de l'allaitement maternel a augmenté au cours des dernières décennies mais n'a pas atteint le seuil des recommandations de santé publique. Des cibles, autres que les mères, doivent être prises en compte pour l'éducation à l'allaitement, comme le partenaire/conjoint et l’environnement de la maman, afin d'augmenter les pratiques d'allaitement

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34215307/

Copier le lien de l'article :

copié



Publications