Connexion

Association prospective entre la consommation d'aliments biologiques et le risque de diabète de type 2 : résultats de l'étude de cohorte NutriNet-Santé

Publié le 28/12/2020
Int J Behav Nutr Phys Act. 2020 Nov 9;17(1):136
Kesse-Guyot E, Rebouillat P, Payrastre L, Allès B, Fezeu LK, Druesne-Pecollo N, Srour B, Bao W, Touvier M, Galan P, Hercberg S, Lairon D, Baudry J.

Introduction : Alors que le marché des produits bio ne cesse de croitre, peu de travaux ont exploré le lien entre la consommation de produits bio et le risque de diabète. Les études expérimentales suggèrent que l’exposition aux pesticides pourrait induire des désordres métaboliques. Ces relations sont peu documentées chez l’homme. Une étude récente a suggéré une association entre le risque de diabète et les achats d’aliments bio, contenant moins fréquemment et en moindre quantités des résidus de pesticides. Cette étude a pour objectif d’étudier l’association prospective entre la consommation de bio et le risque de diabète de type 2 dans un large échantillon d’adultes français.

Matériel et Méthodes : Au total, 33256 adultes (âge moyen 53 ans (ET=14)) de la cohorte NutriNet-Santé (2014-2018) ont été inclus. Les données ont été recueillies chez 70198 participants de la cohorte NutriNet-Santé ayant complété un questionnaire de fréquence alimentaire permettant d’estimer la part d’aliments bio dans l’alimentation. De nombreux facteurs de confusion ont également été collectés. Les associations entre la consommation de bio (quintiles Q1 à Q5) et le risque de diabète ont été évaluées par des modèles de Cox à risques proportionnels ajustés sur les facteurs de risque (sociodémographiques, de mode de vie, nutritionnels, de santé etc.) estimant des hasards-ratios (HR) et des intervalles de confiance à 95% (IC95%). Le suivi moyen était de 4 ans.

Résultats : Au cours du suivi (moyenne=4,01 ans (ET=1.02)), 293 nouveaux cas de diabète ont été enregistrés. Après ajustement sur les principaux facteurs de confusion, la consommation de bio (Q5 vs Q1) était associée avec une diminution de 35% du risque de diabète de type 2 (IC95%= 0,43-0,97), ptendance = 0,02) ; Une réduction du risque de 3% (P=0.002) par incrément de 5% de la part de bio dans l’alimentation était observée. 
L’association était observée chez les femmes mais pas chez les hommes. Concernant la part de bio pour les produits végétaux, le HRQ5 vs Q1 était de 0.77 (IC95%= 0.53-1.12, ptendance =0.01). En revanche, la part de bio pour les produits animaux n’était pas associée au risque de diabète de type 2. Des analyses de sensibilité et par sous-groupe (facteurs modulateurs) ont été conduites afin de tester la robustesse de ces résultats.

Conclusions : Ces résultats suggèrent un rôle bénéfique d’une consommation de produits bio sur le risque de développer un diabète de type 2, en particulier chez les femmes. Ces résultats pourraient être expliqués par les caractéristiques des produits bio dans la mesure où des ajustements sur les modes de vie et en particulier sur les profils alimentaires ont été réalisées. Des études prospectives avec des temps de suivi suffisamment longs et dans d’autres contextes sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33167995/

 

Copier le lien de l'article :

copié



Publications