Connexion

Consommation de boissons alcoolisées, tabagisme et parodontite : enquête transversale dans le cadre de l'étude NutriNet-Santé

Publié le 10/11/2020
J Periodontol. 2020
Hamdi Z, Detzen L, Fessi S, Julia C, Hercberg S, Czernichow S, Boillot A, Touvier M, Bouchard P, Andreeva VA, Carra MC.

Contexte : Des preuves récentes suggèrent que les habitudes alimentaires influencent le développement et la gravité de la parodontite. La présente étude transversale a évalué l'association entre les différents types et quantités de consommation de boissons alcoolisées (seul et en interaction avec le tabagisme) et la probabilité de souffrir de parodontite sévère dans l'e-cohort NutriNet-Santé.

Méthodes : La population étudiée était composée de 35 390 adultes (âge moyen : 49,04 ± 13,94 ans), qui ont rempli des questionnaires sur la santé bucco-dentaire et ont complété au moins trois relevés alimentaires non consécutifs sur 24 heures. Les données sur le type et la fréquence de la consommation de boissons alcoolisées a été obtenue à partir d'une autoévaluation semi-quantitative rapportée par questionnaire sur la fréquence de consommation d'alcool ; la quantité quotidienne (g/jour) a été estimée à partir des relevés alimentaires de 24 heures. La probabilité de parodontite sévère (variable dépendante principale) a été évaluée en calculant le score de dépistage modifié (mPESS) à partir de questions sélectionnées.

Résultats : Au total, 7263 personnes (20,5 %) présentaient une forte probabilité de souffrir de parodontite sévère (high-mPESS). Après correction des facteurs de confusion, la fréquence de la consommation de boissons alcoolisées était sensiblement plus élevée parmi le groupe à haut niveau d'exigence que leurs homologues à faible niveau d'exigence, en particulier pour alcool fort / spiritueux (1,9 ± 1,4 jours/semaine pour le PESS élevé contre 1,6 ± 1,1 jours/semaine la faible pression [P < 0,0001]). La quantité quotidienne moyenne d'éthanol était également plus élevée chez les individus à forte PSEE par rapport aux individus à faible PSEE (11,2 ± 15,6 contre 7,9 ± 12,3 g/jour ; P = 0.011). Une association plus forte avec la parodontite grave auto-déclarée a été notée lorsque la consommation d'alcool dépasse > 20 g/jour pour les femmes et > 30 g/jour pour Les hommes ont été combinés avec l'habitude de fumer (OR = 7,30 [IC 95% : 6,1-8,73]).

Conclusion : Les présents résultats confirment l'existence d'une association entre les boissons alcoolisées la consommation et l'auto-déclaration de parodontites graves, en particulier lorsqu'il s'agit associés au tabagisme actuel.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32895953/

Copier le lien de l'article :

copié



Publications