Connexion

Association prospective entre l’adéquation au régime MIND et le risque de plaintes de mémoire subjectives dans la cohorte NutriNet-Santé

Publié le 27/01/2020
J Neurol. 2019;266(4):942-952.

Adjibade M, Assmann KE, Julia C, Galan P, Hercberg S, Kesse-Guyot E.

Objectifs : La plainte mnésique ou plainte de mémoire subjective est très fréquente, notamment avec l’avancée de l’âge. Elle peut refléter un vieillissement normal, mais peut également prédire un déclin cognitif futur ou une maladie neurodégénérative. De nombreuses études ont suggéré que l’alimentation « saine » pourrait avoir un effet protecteur concernant la santé cérébrale et cognitive, toutefois, peu d’études ont porté sur le lien entre l’alimentation et les plaintes mnésiques. Notre étude avait pour objectif d'examiner l’association entre l’adéquation au régime MIND « Mediterranean-DASH diet Intervention for Neurodegenerative Delay » (un nouveau régime développé pour prévenir les dégénérescences neuronales) et les plaintes mnésiques (mesurées à partir du questionnaire CDS (Cognitive Difficulties Scale)).

Méthodes : L'échantillon d’étude comprenait 6 011 participants âgés de 60 ans ou plus de la cohorte NutriNet-Santé, qui n’avaient pas de plaintes mnésiques (définis par un score CDS ≥ 43, (correspondant au quatrième quartile de la distribution du score dans notre population)) lors de la première évaluation.

Résultats : Au cours du suivi, environ 15 % et 30 % de cas de plaintes mnésiques ont été identifiés chez les participants âgés de 60-69 ans et 70 ans ou plus, respectivement. Après ajustement sur divers facteurs de confusion, une association inverse et significative a été observée entre l’adéquation au régime MIND et le risque de plaintes mnésiques chez les participants âgés de 70 ans ou plus (HR tertile3 vs tertile1=0,69, IC95%=0,47-0,99). Cette association a été renforcée après exclusion des participants présentant des symptômes dépressifs (HR tertile2 vs tertile1=0,69, IC95%=0,49-0,97, HR tertile3 vs tertile1=0,62, IC95%=0,41-0,93). Aucune association significative n’a été observée chez les participants âgés de 60-69 ans.

Ces résultats suggèrent que le régime MIND pourrait aider à prévenir ou à retarder les plaintes mnésiques (subjectives) chez les adultes plus âgés ne présentant pas de symptômes dépressifs.

Pour en savoir plus : Alimentation & vieillissement

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30706155
 

Copier le lien de l'article :

copié



Publications