Connexion

L’association entre les conditions chroniques physiques et mentales et la sieste

Sci Rep. 2019 Feb 11;9(1):1795
Léger D, Torres MJ, Bayon V, Hercberg S, Galan P, Chennaoui M, Andreeva VA.

Les objectifs de cette étude étaient d’estimer les associations entre de nombreuses conditions chroniques physiques et mentales et la sieste. Une étude épidémiologique transversale a été proposée au sein de la e-cohorte NutriNet-Santé lancée en France en 2009. Les participants étaient 43 060 volontaires français âgés de 18 ans ou plus avec un accès à Internet. Un questionnaire auto-déclaratif évaluant les caractéristiques du sommeil a été proposé en 2014. Le critère de jugement était la sieste en jour de semaine ou en weekend (oui/non). Les variables indépendantes étaient surpoids/obésité, hypertension, diabète, troubles de l’anxiété ou dépressifs, maladies cardiovasculaires incidentes (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, angor instable), cancers incidents (sein et prostate). Les associations d’intérêt ont été investiguées via des modèles de régression logistique multivariées.

Aucune association n’a été observée entre les maladies cardiovasculaires ou les cancers du sein et de la prostate et la sieste. Nous avons observé que faire la sieste était plus commun chez les hommes (46,1 %) que chez les femmes (36,9 %, p < 0,0001). Les individus en surpoids/obésité ou qui avaient hypertension,  diabète ou  troubles de l’anxiété ou dépressifs avaient une probabilité plus élevée de faire la sieste comparés  à leurs paires en bonne santé. Les ORs ajustés étaient compris entre 1,14 et 1,28. 
En conclusion, la majorité des conditions chroniques étaient indépendamment associées à la sieste. D’autres études longitudinales sont nécessaires pour investiguer le lien de causalité.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30741949
 

Copier le lien de l'article :

copié



Publications