Connexion

Consommation d’aliments ultra-transformés et risque de mortalité : les résultats issus de l’étude NutriNet-Santé

Publié le 12/02/2019
JAMA Intern Med. 2019 Apr 1;179(4):490-498.

Schnabel L, Kesse-Guyot E, Allès B, Touvier M, Srour B, Hercberg S, Buscail C, Julia C.

Introduction : La consommation d'aliments ultra-transformés (AUT) est associée à une incidence augmentée des maladies chroniques (dyslipidémies, obésité, hypertension, cancer). L’objectif était d'évaluer l'association entre consommation d'AUT et risque de mortalité dans la cohorte NutriNet-Santé.

Méthode : Dans cette étude prospective observationnelle, nous avons analysé les données alimentaires de 44 551 participants d’âge ≥ 45 ans, ayant complété au moins 3 enregistrements alimentaires de 24h pendant leurs deux premières années de suivi. Les participants ont été suivis entre 2009 et 2017 (médiane : 7,1 ans). La proportion (en poids) des AUT dans l'alimentation (AUTp) a été calculée pour chaque individu. La mortalité a été évaluée avec le registre national de mortalité par cause (CépiDC). L'association entre quartiles d’AUTp et risque de mortalité globale a été estimée par modèles de Cox multivariés.

Résultats : 73,1% des inclus étaient des femmes, l'âge moyen à l’inclusion était 56,7 ans (±7,5). Les AUT représentaient 14,4% des aliments consommés en poids, soit 29,1% de l'apport énergétique total. Durant le suivi, 602 décès sont survenus. Après ajustement sur facteurs de confusion, une consommation plus élevée d’AUT était associée à un risque accru de mortalité toutes causes (HR pour 10% d’augmentation d’AUTp [IC 95%] : 1,14 [1,04-1,27], p = 0,01).

Conclusion : Ces résultats suggèrent qu'une augmentation de la consommation d'AUT est associée à un sur-risque de mortalité. D'autres études prospectives sont nécessaires pour confirmer ces résultats et analyser l’impact relatif des caractéristiques des AUT dans cette association.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30742202

Copier le lien de l'article :

copié



Publications