Connexion
Association entre consommation d’aliments bio et syndrome métabolique : résultats transversaux de l’étude NutriNet-Santé

Eur J Nutr. 2017

Baudry J, Lelong H, Adriouch S, Julia C, Allès B, Hercberg S, Touvier M, Lairon D, Galan P, Kesse-Guyot E.

Objectif : Le syndrome métabolique (MetS), une condition multifactorielle, est considéré comme un prédicteur des maladies cardiovasculaires. Bien que l’exposition aux pesticides agricoles ait été suggérée comme un contributeur potentiel aux taux en augmentation d’obésité, de diabètes de type 2 et d’autres marqueurs de désordres métaboliques, aucune étude n’a étudié l’association entre la consommation d’aliments bio (produits sans pesticides synthétiques) et le MetS. Notre objectif était d’étudier l’association transversale entre consommation d’aliments bio et MetS chez des adultes français.

Méthodes : Un total de 8174 participants de l’étude NutriNet-Santé s’étant rendus à la visite clinico-biologique at ayant répondu au questionnaire de fréquence alimentaire bio a été inclus dans cette analyse transversale. Nous avons évalué l’association entre la proportion d’aliments bio dans le régime alimentaire (totale ou par groupes d’aliments) et le MetS en utilisant des modèles de régression de Poisson à variance robuste et en ajustant sur les facteurs de confusion potentiels.

Résultats : Une consommation d’aliments bio plus élevée était négativement associée à la prévalence de MetS : le ratio de prévalence ajusté était 0,69 (IC 95 % 0,61, 0,78) en comparant le 3ème tertile de proportion d’aliments bio dans le régime alimentaire au 1er tertile (p value ˂ 0,0001). Une consommation plus élevée d’aliments bio d’origine végétale était également associée à la une probabilité plus faible de présenter un MetS. De plus, après stratification sur les facteurs du mode de vie (qualité nutritionnelle du régime alimentaire, statut tabagique et activité physique), une association inverse et significative a été observée dans chaque sous-groupe (p values ˂ 0,05), excepté chez les fumeurs.

Ces résultats montrent qu’une consommation plus élevée d’aliments bio était associée à une plus faible probabilité d’avoir un syndrome métabolique. Des études prospectives supplémentaires et des essais randomisés sont nécessaires pour confirmer les relations entre consommation d’aliments bio et désordres métaboliques.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28770334


...
Voir plus

Relations entre les caractéristiques individuelles, sociales et environnementales et les profils de transports actifs chez des femmes françaises

Biomed Res Int. 2017 2017:9069730

Perchoux C, Enaux C, Oppert JM, Menai M, Charreire H, Salze P, Weber C, Hercberg S, Feuillet T, Hess F, Roda C, Simon C, Nazare JA.

Les objectifs étaient (1) de définir des profils d’activité physique (AP) et de comportements sédentaires (CS) dans des situations de la vie quotidienne (travail, loisirs et transports) chez des femmes françaises actives de la cohorte basée sur Internet NutriNet-Santé et (2) d’identifier des profils de transports actifs et leurs corrélations individuelles, sociales et environnementales.

23432 participants ont complété deux questionnaires pour évaluer l’AP et les CS dans des situations de la vie quotidienne, les représentations individuelles des quartiers résidentiels et les modes de transport. Une analyse basée sur les clusters hiérarchiques a été réalisée et a identifié 6 profils de comportement de déplacement distincts : (i) profession active, loisirs très sédentaires, (ii) profession sédentaire, peu de loisirs, (iii) transports sédentaires, (iv) profession et loisirs sédentaires, (v) transports actifs, et (vi) loisirs actifs. Des régressions logistiques multivariées ont été effectuées pour identifier les corrélations du cluster « transports actifs ».

Les caractéristiques environnementales perçues positivement associées aux « transports actifs » incluaient « la forte disponibilité de destinations autour du domicile », « la présence de pistes cyclables » et « une faible circulation ». Une « image positive de la marche et du cyclisme », le « sentiment individuel d’être physiquement actif », et une « forte utilisation des modes de transport actifs par des proches/amis » étaient positivement associés aux « transports actifs », identifié comme le seul profil concernant les corrélations individuelles et environnementales.

L’identification de profils situations-spécifiques d’AP et de CS vont aider à comprendre les la complexité des comportements de déplacements et à définir des interventions pour promouvoir les transports actifs dans des sous-populations cibles.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28717653


...
Voir plus

Contribution des aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire des adultes de l’étude française NutriNet-Santé

Public Health Nutr. 2018 21(1):27-37

Julia C, Martinez L, Allès B, Touvier M, Hercberg S, Méjean C, Kesse-Guyot E.

Objectif : Des préoccupations ont été soulevées concernant l’effet potentiel sur la santé des aliments ultra-transformés (UPF) dans le régime alimentaire. Notre objectif était d’investiguer la contribution des UPF au régime alimentaire dans une large population française et son association avec les facteurs sociodémographiques et les profils alimentaires.

Design : une analyse transversale des données alimentaires de 74470 participants de la cohorte NutriNet-Santé basée sur internet. Les UPF ont été identifiés dans les enregistrements répétés de 24 h et la proportion (en poids) d’UPF dans l’alimentation totale (UPFp) a été calculée pour chaque participant. Les associations entre les caractéristiques sociodémographiques et UPFp en quartiles ont été évaluées par régression logistique multinomiale multivariée. La consommation de groupes d’aliments et les apports en nutriments dans les quartiles ont été estimés par régression linéaire ajustée sur les facteurs sociodémographiques et l’apport en énergie.

Contexte : France

Résultats : Les UPF contribuaient à 18,4 % des aliments consommées en poids et à 35,9 % de l’apport énergétique total. Une UPFp plus élevée était indépendamment associée au genre masculin, à un âge plus jeune, un niveau d’éducation plus faible, au tabagisme, et au surpoids et à l’obésité (tous P ˂ 0,0001).

Les sujets du quartile avec l’UPFp la plus élevée consommaient moins de fruits et légumes (différence d’UPFp entre quartile 4 et quartile 1, Δ = -180,3 g/j) et des quantités plus élevées de produits sucrés (Δ = 68,5 g/j) et de boissons sucrées (Δ = 98,6 g/j, tous P ˂ 0,0001). Ils avaient des apports énergétiques (Δ = 610 kJ/j (145,7 kcal/j)) et en sucres ajoutés plus élevés (Δ = 17,1 g/j), et des apports plus faibles en fibres (Δ = -4,04 g/j), β-carotène (Δ = -1019,6 µg/j) et calcium (Δ = -87,8 mg/j, tous P ˂ 0,0001).

Conclusions : Les UPF représentent une part importante de l’alimentation des adultes français issus de la population générale et sont associés à des apports nutritionnels plus déséquilibrés.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28703085


...
Voir plus

Perception de différents logos nutritionnels en face avant des emballages en fonction des facteurs sociodémographiques, alimentaires et du mode de vie dans une population française : étude transversale parmi les participants de l’étude de cohorte NutriNet-Santé

BMJ Open. 2017 7(6):e016108

Julia C, Péneau S, Buscail C, Gonzalez R, Touvier M, Hercberg S, Kesse-Guyot E.

Objectif : Quatre formats de logos nutritionnels en face avant des emballages (FOP) ont fait l’objet de débat en France : le Nutriscore (ou logo nutritionnel 5-couleurs développé par une équipe de recherche publique), le SENS (soutenu par les distributeurs), le « Multiple Traffic Lights » (MTL, actuellement utilisé au Royaume-Uni) et une version modifiée des apports de référence (mARs, soutenu par l’industrie). Notre objectif était d’étudier la perception de ces logos en fonction des facteurs sociodémographiques, alimentaires et du mode de vie.

Design : étude transversale, cohorte française basée sur internet.

Résultat principal mesuré : perception des logos en FOP.

Participants : Les participants de la cohorte NutriNet-Santé ont reçu un questionnaire spécifique portant sur leur perception des 4 formats de logos identifiés. Les données sociodémographiques, du mode de vie et alimentaires (3 enregistrements alimentaires de 24 h) ont été collectées via des questionnaires auto-administrés. Des groupements de participant en fonction de la perception des logos ont été identifiés en utilisant une analyse en correspondances multiples suivie d’une procédure de regroupement hiérarchique. Les facteurs sociodémographiques, du mode de vie et alimentaires associés avec les groupements ont été explorés par régression logistique multinomiale multivariée. Toutes les analyses ont été pondérées selon les données de recensement françaises de 2009.

Parmi les 21702 sujets de l’étude, le Nutriscore a reçu le nombre le plus important de réponses favorables concernant les dimensions de perception favorable par les participants, suivi par le MTL et le SENS. Les 5 groupements identifiés étaient caractérisés par une préférence marquée pour le Nutriscore (groupement 1, 43,2 % des participants, brut n=9399), MTL (groupement 2, 27,3 %, brut n=6163), SENS (groupement 3, 17,05 %, brut n=3546), mRIs (groupement 4, 7,31 %, brut n=1632) et aucun des logos présentés (groupement 5, 5,10 %, brut n=965). Le groupement 1 (Nutriscore) était associé à une plus faible adhérence aux recommandations nutritionnelles, tandis que le cluster 2 (MTL) était associé à un âge plus jeune et à un niveau d’éducation plus élevé.

Le Nutriscore apparait avoir un large soutien dans la population et en particulier chez les sujets avec une plus faible adhérence aux recommandations nutritionnelles.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28619781


...
Voir plus

Les disparités du niveau d'éducation du quartier et le transport actif chez les femmes : l'effet de la distance entre le domicile et le travail (étude ACTI-Cités)

BMC Public Health. 2017 17(1):569

Perchoux C, Nazare JA, Benmarhnia T, Salze P, Feuillet T, Hercberg S, Hess F, Menai M, Weber C, Charreire H, Enaux C, Oppert JM, Simon C.

Contexte : Il a été montré que le transport actif est associé favorablement à différents indicateurs de santé. Les recherches antérieures ont mis en valeur l’influence du niveau d’éducation à l’échelle du quartier sur le transport actif. Cependant, on en sait moins sur les effets de la distance de transport sur les disparités sociales observées dans le transport actif domicile-travail. Dans ce contexe, les femmes ont très peu été étudiées. L’objectif de ce papier est d’évaluer la relation entre le niveau d’éducation du quartier et le transport actif pour aller au travail, et d’évaluer dans quelle mesure la distance modifie la relation chez les femmes adultes.

Méthodes : Cette étude transversale est basée sur un sous-échantillon de la web-cohorte Nutrinet-Santé (n=1169). Des régressions binomiales, log-binomiales et binomiales négatives ont été utilisées pour estimer les associations entre le niveau d’éducation du quartier et (i) la probabilité de déclarer une quelconque pratique de transport actif pour aller au travail et (ii) la part des temps de déplacement réalisée à l’aide de modes actifs. L’effet potentiel de la modification de la distance domicile-travail sur les associations mentionnées a été évalué sur les échelles additives et multiplicatives.

Résultats : Le niveau d’éducation du quartier est positivement associé à la probabiltié de déclarer du transport actif pour aller au travail (risque relatif = 1.774; p < 0.05) et à la part de modes actifs (risque relatif = 1.426; p < 0.05). L’impact du niveau d’éducation du quartier est plus grand pour les longues distances domicile-travail.

Conclusions : Nos résultats suggèrent que chez les femmes, les disparités du niveau d’éducation du quartier dans le transport actif domicile-travail tend à augmenter avec la distance. De nouvelles recherches sont nécessaires pour fournir un “guide géographique” de promotion de la santé visant à réduire les disparités dans le transport actif au sein de différents groupes socio-économiques.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28606118


...
Voir plus