Connexion

Consommation de FODMAPs chez les adultes issus de la cohorte en population générale NutriNet-santé

Publié le 29/07/2021
J Nutr. 2021 Jul 5:nxab207. doi: 10.1093/jn/nxab207. Epub ahead of print. PMID: 34224572.
Schneider E, Sabate JM, Bouchoucha M, Debras C, Touvier M, Hercberg S, Benamouzig R, Buscail C, Julia C.

Contexte : Les oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols fermentescibles (FODMAPs) sont de plus en plus étudiés car ils sont suspectés d'avoir un impact négatif sur la santé (notamment sur le syndrome du côlon irritable). Cependant, on sait peu de choses sur l'apport en FODMAPs dans la population générale, ou sur les groupes les plus susceptibles d'en consommer, dans la mesure où leurs apports sont généralement évalués dans le cadre d'études cliniques.

Objectifs : Cette étude visait à décrire la consommation de FODMAPs dans une grande cohorte française et son association avec des caractéristiques sociodémographiques et de style de vie.

Méthodes : Cette étude transversale décrit les apports en FODMAP chez 109 362 volontaires (78,0 % de femmes, âge moyen : 43,8 ± 14,7 ans) de la cohorte française NutriNet-Santé, en utilisant une table de composition des FODMAP ad hoc. Les associations entre les apports en FODMAPs et les caractéristiques sociodémographiques ont été étudiées à l'aide de tests de χ² ou de Kruskal-Wallis en fonction du type de variable, et des régressions logistiques multinomiales multivariables. Les participants éligibles avaient complété ≥ 3 enregistrements alimentaires de 24 heures.

Résultats : Une consommation moyenne de 18,9 ± 9,5 g/j de FODMAPs était observé dans la cohorte, et 11,7 % des participants avaient des apports < 9 g/d (c'est-à-dire des régimes à faible teneur en FODMAPs). Les participants ayant des apports en FODMAP < 9 g/d étaient plus susceptibles d'avoir des apports caloriques plus faibles (Δ= -383 kcal/j par rapport aux participants ayant des apports en FODMAP ≥ 16 g/j), d'être fumeurs, d'avoir des revenus plus faibles et d'avoir des niveaux d’activité physique plus faibles. Les FODMAPs totaux représentaient un apport moyen de 18,9 ± 9,5 g/j, ce qui représentait 3,7 ± 2,0 % de l'apport énergétique total. L'apport le plus élevé en FODMAPs était représenté par le lactose, suivi par l'excès de fructose, les fructanes, les polyols et les galacto-oligo-saccharides.

Conclusions : La consommation de FODMAPs par un large échantillon d'adultes issu de la population générale est d’environ 19 g/d, avec la moitié de la population ayant une consommation de FODMAPs > 16 g/d.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34224572/

Copier le lien de l'article :

copié



Publications