Connexion

Estimation de l'exposition aux pesticides alimentaires (par profils de Factorisation par Matrices Non-Négatives) dans un grand échantillon d'adultes français

Publié le 19/08/2020
Eur J Nutr. 2020
Rebouillat P, Vidal R, Cravedi JP, Taupier-Letage B, Debrauwer L, Gamet-Payrastre L, Touvier M, Hercberg S, Lairon D, Baudry J, Kesse-Guyot E.

Objectif : Cette étude visait à identifier des profils d’exposition alimentaire aux pesticides (dérivés d’une méthode de factorisation par matrices non-négatives) dans un échantillon d’adultes français de population générale. 

Méthodes : Les apports alimentaires en aliments issus d’agricultures conventionnelle et biologique ont été mesurés par le biais d’un fréquentiel alimentaire auto-administré. L’exposition à 25 pesticides fréquemment utilisés a été calculée à partir de données de contamination du Chemisches und Veterinäruntersuchungsamt Stuttgart, prenant en compte le mode de production (conventionnel ou biologique). Les profils d’exposition alimentaire aux pesticides ont été identifiés par la méthode de Factorisation par Matrices non-négatives (NMF), particulièrement adaptée aux données non-négatives avec excès de zéros. Les scores NMF obtenus ont ensuite été introduits dans un processus de classification hiérarchique (clustering).

Résultats : Globalement, les clusters identifiés (N=34 193 participants) semblaient exposés aux mêmes molécules en suivant un gradient d’exposition. Le cluster 1 était caractérisé par un apport énergétique et une exposition aux pesticides les plus faibles, une proportion d’aliments biologiques dans le régime élevée (23%) et une proportion d’hommes plus élevée que dans les autres groupes. Les clusters 2 et 5 présentaient un apport énergétique intermédiaire, une proportion d’aliments biologiques dans le régime plus faible et une exposition aux pesticides intermédiaire. Le cluster 3 avait une consommation élevée de fruits et légumes conventionnels, une exposition alimentaire aux pesticides élevée et comportait moins de fumeurs que les autres groupes. L’exposition alimentaire aux pesticides estimée du cluster 4 variait davantage selon les composés, les expositions estimées les plus élevées étant celles à l'acétamipride, à l'azadirachtine, à la cyperméthrine, aux pyréthrines et au spinosad. La proportion d’aliments biologiques dans le régime était la plus élevée pour ce cluster (32 %).

Conclusion : L’exposition alimentaire aux pesticides estimée semblait varier selon les clusters et semblait liée à la proportion d’aliments biologiques dans le régime alimentaire.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32734347/

Copier le lien de l'article :

copié



Publications