Connexion

Absence d’association entre la charge alimentaire inflammatoire et le risque de fracture : résultats à partir de la cohorte française NutriNet-Santé

Publié le 19/08/2020
Joint Bone Spine. 2020:S1297-319X(20)30109-3. 
Herrou J, Julia C, Kesse-Guyot E, Touvier M, Hercberg S, Roux C, Briot K.

Introduction : Les maladies inflammatoires chroniques et l’inflammation systémique sont associées à une augmentation du risque de fractures. Des études récentes conduites chez les femmes ménopausées suggèrent que l’inflammation liée à l’alimentation était aussi associée à une augmentation de ce risque. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’association entre la charge alimentaire inflammatoire calculée à partir de l’Alternate Dietary Inflammatory Index (ADII) et le risque de fractures vertébrales et de fractures majeures de faible traumatisme chez les femmes ménopausées et les hommes de plus de 50 ans.

Patients et méthodes : 14775 Nutrinautes ont été inclus dans l’étude à partir de la cohorte française NutriNet-Santé. L’objectif de cette cohorte est d’évaluer les relations entre la santé et la nutrition et de comprendre les déterminants des comportements alimentaires. Le score ADII de chaque participant a été calculé à partir des questionnaires alimentaires déclarés pendant les 2 premières années après l’inclusion. Les fractures incidentes de faible traumatisme étaient rétrospectivement rapportées par les participants sur un questionnaire additionnel publié sur le site internet. Les hazard ratio ont été obtenus à partir d’un modèle à risques proportionnels de Cox pour caractériser l’association  entre l’ADII divisé en quartiles et la survenue de fractures incidentes de faible traumatisme.

Résultats : La charge alimentaire inflammatoire était disponible pour 12551 Nutrinautes (8297 (66,1 %) femmes et 4254 (33,9 %) hommes). Les participants étaient âgés en moyenne de 58,4 (+/- 6,06) et 61,2 (+/- 6,09) ans respectivement. La durée de suivi était de 8,34 (+/- 1,82) ans. Les Nutrinautes avec un score ADII élevé (quartile supérieur) étaient significativement plus jeunes (p < 0,0001), avec un BMI supérieur (p < 0,0001), un nombre de fumeurs plus élevé (p<0,0001) et une consommation d’alcool plus importante (p<0,0001). Les prises de traitement hormonal substitutif (p<0,0001), de calcium (uniquement chez les femmes) (p=0,01) et de vitamine D (p<0,0001) étaient significativement plus importantes chez les Nutrinautes avec un faible score ADII. Il n’y avait pas de différence dans la prise de traitement anti ostéoporotique selon le score ADII. Le diabète et les rhumatismes inflammatoires n’étaient pas associés à un score ADII élevé chez les femmes et les hommes. Des fractures vertébrales incidentes ont été observées chez les femmes (93 (1,1 %)) et chez les hommes (18 (0,4%)). Des fractures incidentes de faible traumatismes sont survenues chez 832 (10 %) femmes et 189 (4,4 %) hommes. La moyenne du score ADII était de -1,41 (+/-3,64) chez les femmes et -1,09 (+/- 4,40) chez les hommes. Le score ADII n’était pas associé à une augmentation du risque de fractures vertébrales (p = 0,51), de toutes les fractures incidentes confondues (p = 0,71) et de fractures majeures (p = 0,77) chez les femmes et chez les hommes (p = 0,75 pour les fractures toutes confondues et p = 0,81 pour les fractures majeures), après ajustement sur les facteurs confondants.

Discussion : Dans cette cohorte française issue de la population générale, une charge alimentaire pro inflammatoire n’était pas associée à une augmentation du risque de fractures. Cependant la moyenne de la charge alimentaire inflammatoire est inférieure à celles d’autres études suggérant une population plus saine, comme confirmé par une faible prévalence du diabète (2 % chez les femmes et 5,5 % chez les hommes) dans notre étude.

Conclusion : Cette étude conduite chez les femmes ménopausées et les hommes de plus de 50 ans issus de la population générale n’a pas montré d’association entre la charge alimentaire inflammatoire et le risque de fractures incidentes. 

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32534198/
 

Copier le lien de l'article :

copié



Publications